Sélectionner une page

Principes d’observation

Principe de base

Par l’observation, chacun se protège et protège le groupe contre la surprise. En même temps, l’observation fournit des bases pour la conduite du combat. Le principe fondamental de toute observation est : « Voir sans être vu ». La vue et l’ouïe doivent se compléter. Observer est astreignant. On attachera la plus haute importance au respect des Principes de camouflage

Les Emplacements d’observation

L’observation est facilitée par un emplacement en hauteur offrant une vue étendue : collines, remblais, bâtiments et tours constituent de bons emplacements d’observation.

Secteur d’observation

En fonction du nombre d’observateurs, les grands secteurs d’observation doivent être subdivisés en petits secteurs se chevauchant. La taille de ces secteurs est déterminée par la situation, l’organisation du terrain, les conditions météos et la visibilité. Il est déterminant que l’observateur sache exactement ce qu’il cherche. Une mission de longue durée permet de déceler plus aisément les changements intervenant dans le secteur d’observation.

Baptême du terrain

Il permet une entente rapide et précise ; à cet effet, certaines formes du terrain ou des points marquants sont désignés par des noms particuliers. Les désignations se fondent sur des formes particulières du terrain. Il faut toutefois veiller à ne pas utiliser des termes composés de plus de deux syllabes. On procède au baptême du terrain chaque fois qu’un groupe stationne longtemps au même endroit ou lorsqu’i l doit se familiariser avec un nouveau compartiment de terrain.

Principes d’observation

Pour bien observer, les principes suivants s’appliquent :
A. observer une première fois le secteur ou la ligne d’observation définie
B. diviser le secteur en sous-secteurs ;
C. observer chaque secteur l’ un après l’ autre, surveiller chaque buisson, murs en pierres , les bâtiments, les troncs d’arbres, etc.
D. Rechercher des signes de mouvements même infimes, repérer les objets brillants ou colorés. Rechercher toute trace d’activité de la partie adverse : stationnements suspects de véhicules, vitres enfoncées, porte fermé, trou dans un mur.
E. Afin d’être le plus réactif possible à la communication d’éventuel contact repérer sur Map les positions de votre environnement.

Il est important de rester au courant de son environnement immédiat et de repérer les menaces éventuelles afin de maintenir un niveau maximum de sécurité pour le groupe.

Les reports du soldat

Principe de base

Exposer à son chef dans les délais les plus brefs, avec exactitude et précision, ses observations concernant l’ennemi, les amis, le milieu (terrain). Le but est de lui exposer ce qui a été vu en étant certain de ne rien avoir oublié. L’exécution parfaite est :

QUI ou QUOI ? [contact ou ami ou ennemi ou type de véhicule (ex:T90)]
COMBIEN ? [chiffre]
OU ? [placement horaire ou azimute ou position sur carte]
PAR OU ? [statique ou sens du déplacement]
COMMENT ? [attitude, faisant quoi ?]

On distingue deux types de reports selon moi.

Les reports directs (Proche ou dangereux)
Les reports indirects ( Sans réel danger pour notre squad)

Les reports directs

On a des ennemis proches et sommes en danger. Chaque seconde compte il est donc primordial de faire passer le message au plus vite. On va donc faire au plus simple. On va privilégier le cadran horaire ou direction afin que chacun soit le plus réactif possible sans besoin d’ouvrir sa boussole.

Exemple: Nous sommes en mouvement en ligne et un contact surgit à droite en tirant si besoin on annonce:
– « Danger 3h 2 ennemis proche » ou « Danger droite ennemis 100m derrière maison toit rouge »

Les reports indirects

On spotte des ennemies loin sans réel danger. Nous pouvons donner un maximum d’information en restant précis.
Exemple: Nous sommes en mouvement et faisons un stop pour repérer la zone et voyons un RS en face à mi-colline.
-« 5 ennemis azimute 10 à 600mètre à mi-colline en mouvement rapide sud-west. On est pas repérer, il nous ont vu ou rien si on a pas cette info « 

Share This